Demain! est
disponible sur
TNT idf
31
Numéricable
94
Free
236
Orange
219
SFR
457
Bouygues
302

La Grande École du Numérique, un label qui prépare l’avenir

Crée en 2015 par le gouvernement et disposant d’un réseau de plus de 400 formations, le label Grande École du Numérique s’étend. Depuis le 5 avril, un nouvel appel à candidature a été lancé pour labelliser des formations aux métiers du numériques. L’extension de ce label à d’autres formations prépare l’avenir du numérique.

Un contexte favorable

Dans le marché de l’emploi français, celui du numérique est un des rares où l’offre d’emploi est supérieure à la demande. La transition numérique est toujours en cours et de nombreux postes sont à pourvoir. En cause, beaucoup de profils ne sont pas adaptés aux emplois qui leurs sont proposés, notamment dans les nouvelles technologies de l’information et de l’électronique. En moyenne, 80 000 postes seraient non pourvus. Devant ce contexte, le marché de l’emploi doit faire un bilan de cette transition numérique et mener une réflexion sur l’avenir de ses métiers, mais aussi leur actualité. En remettant en cause l’organisation des entreprises, la transition numérique nécessite des personnes formées et aptes à la mener. Avec la création du label Grande École du Numérique et son expansion, le ministère du travail entend mener à bien une transition numérique en quête de talents.

Un label d’avenir

Pour conduire cette transition numérique, la labellisation repose sur une triple ambition. Économique, tout d’abord, en répondant aux besoins des entreprises et en faisant en sorte que la transition numérique de l’économie se déroule sous les meilleures auspices. Sociale, en favorisant l’inclusion des personnes peu ou pas qualifiées en facilitant la formation et en rendant son accès gratuit. Et enfin territoriale, en veillant à ce que la répartition des offres de formations soit équilibrées sur les territoires.

L’objectif de ce label est aussi d’axer le recrutement sur les personnes peu ou pas qualifiées, en particulier les jeunes, et les femmes. Le but est également de faire en sorte que 30% des formations soient situées dans des quartiers prioritaires de la politique de la ville qui les accueillent. En 2017, 10 000 apprenants ont été formés, ou sont toujours en formation, chez les différents membres du réseau. L’appel à de nouvelles candidatures en 2018 envisage de renforcer l’inclusion numérique en accueillant un grand nombre de nouveaux apprenants. En formant ces personnes aux métiers du numérique, tel qu’administrateur réseaux, développeur ou encore data analyst, ces formations préparent l’avenir de l’économie et du marché de l’emploi français en répondant à leurs besoins actuels.

Un réseau qui doit s’étendre

Cet appel incite les formations du numérique à candidater pour l’obtention du label Grande École du Numérique. Séquencée en deux vagues, la première procédure de candidature est ouverte depuis le 5 avril et fermera le 21 juin. Le seconde vague sera lancée en fonction des résultats de la première. Si vous souhaitez candidater, la procédure s’effectue en ligne sur le site www.grandeecolenumerique.fr.

Après l’obtention de ce label, les formations auront accès à une subvention non reconductible et limitée à 80% du budget total. La légitimité du projet et le montant de l’investissement définiront l’accès à la subvention par la formation. En 2016, ces subventions ont permis à 60% des formations labellisées de se lancer. Pour Peter Wollny, coordinateur de formation ACILAB, le label et la subvention d’amorçage lui ont permis « d’investir dans des outils de fabrication pour améliorer la qualité de la formation« .

Pour candidater, les formations doivent remplir plusieurs critères. Elles doivent, bien entendu, former aux métiers du numérique, ne pas avoir déjà été labellisée, former au minimum 10 personnes peu ou pas qualifiées en recherche d’emploi, et enfin, elles doivent impérativement garantir un accès gratuit à la formation. Pour celles qui le souhaitent, il est possible de candidater uniquement à l’obtention du label et non à la subvention.

Pour rappel, les candidatures peuvent être déposer jusqu’au 21 juin 2018, sur le site de la Grande École du Numérique www.grandeecolenumerique.fr.

Business Women : le business du développement personnel

Un numéro consacré au thème du développement personnel. En effet, Linda Labidi nous présente le parcours des entrepreneures Virginie Boutin et Sandrine Cognard, à travers leurs entreprises. Alors l’épanouissement professionnel, un enjeu de société ou une affaire personnelle ? Le développement personnel en France C’est un te...

Tambour Battant – Le pouvoir de la bénévolence

Comment les marques peuvent-elles changer le monde ? C’est à découvrir dans ce nouveau numéro de Tambour Battant. Antoine Spire accompagné de Patrick Tudoret reçoit : Patrick Mercier, président et fondateur du groupe de communication Change, Anne Thévenet-Abitbol, directrice prospective et nouveaux concepts chez Danone, Maye El Magh...

L’économie collaborative

L’économie collaborative ou économie de partage L’économie collaborative, ou de partage, est une économie qui repose sur le partage ou l’échange entre particuliers de biens (voiture, logement,…), de services (covoiturage, cuisine, bricolage,…), ou de connaissances (cours d’informatique, de langues, …). Ce par...

Comment faire pivoter son entreprise ? l’exemple d’Utily

Utily, une entreprise a pivoté Pivoter, c’est un terme répandu dans le monde de l’entrepreneuriat. Pivoter, signifie repenser le positionnement de son entreprise. Label Entreprise vous propose de s’attarder sur ce sujet en compagnie de Mike Dejardin le fondateur d’Utily.  Utily accompagne de A à Z les entreprises et les particuliers ...