Demain! est
disponible sur
TNT idf
31
Numéricable
94
Free
236
Orange
219
SFR
457
Bouygues
302

Emploi: la longue marche des jeunes diplômés sur le chemin de l’entreprise

Emploi: la longue marche des jeunes diplômés sur le chemin de l'entreprise

Inégalité et difficulté, voilà ce qui attend les jeunes diplômés s’insérant sur le marche de l’emploi. C’est ce qui ressort de la sixième enquête du Céreq, le Centre d’études et de recherches sur les qualifications. Une étude baptisée « l’école est finie » qui définie la situation des jeunes diplômés lors de leur rencontre avec le monde de l’emploi. Pour réaliser son étude, le Céreq s’est penché sur la génération 2013 qui est donc sur le marché de l’emploi depuis près de trois ans. Cette année là, ils étaient 693 000 à sortir de leurs formations. Le Céreq a donc contacté un échantillon représentatif de 23 000 jeunes au cours de l’année 2016. Une génération dont 44% ont poursuivi leurs études après le baccalauréat selon le Monde.

Des contrats instables et une entrée dans le monde de l’emploi difficile

Le premier constat à tirer, c’est notamment les disparités dans l’accès à l’emploi en fonction des diplômes. Ils ne sont d’ailleurs que 46% des sondés à avoir accédé à l’emploi rapidement après leurs études et 11% ont attendu près de sept mois avant d’obtenir leur premier contrat. A l’issue des trois ans, 57% des jeunes ont donc décroché un emploi stable (CDI, CDD durable), alors que 70% des jeunes se retrouvent aujourd’hui dans le monde du travail. Pour ce qui est des 30% restants, 16% sont encore aujourd’hui au chômage, le reste étant en formation ou en reprise d’études.

L’étude du Céreq tient avant tout à préciser que l’accès à l’emploi de la génération 93 a été marqué de nombreuses difficultés et surtout par la précarité. 70% des jeunes ayant trouvé un emploi étaient sous un Contrat à Durée Déterminé. Ce qui est encore le cas pour 39% d’entre eux. Une situation qui touche particulièrement les Bac+2 (BTS et IUT) qui, selon l’étude, ont été près de 37% à connaître trois emplois ou plus en trois ans. A contrario, les diplômés d’école de commerce sont 50% à n’avoir connu qu’un seul employeur.

Les non-diplômés souffrent d’une grande précarité au bout de 3 ans

Mais les plus à plaindre restent notamment les non-diplômés. Le Céreq met d’ailleurs une alerte rouge sur leur situation, évoquant la « marginalisation sur le marché du travail des groupes les plus vulnérables ». Ils sont près de 30% à n’avoir eu aucun contact avec l’emploi durant la durée des trois années écoulées. Ils sont même 40% à être activement en recherche. L’étude précise que « près des deux tiers connaissent différentes formes de précarité : 17 % sont en intérim, 22 % en contrat aidé et 26 % employés sur d’autres types de contrats à durée déterminée, taux parmi les plus élevés de toute la génération ».

Les non-diplômés représentent d’ailleurs 14% des jeunes entrés sur le marché de l’emploi en 2013. Aujourd’hui, le taux de chômage est de 49% pour eux contre 6% pour les doctorants. Les CAP-BEP sont victimes du chômage à hauteur de 28% et les bacheliers 19%. Pour les M1 et M2, le taux est respectivement de 13% et 10%. La moyenne est elle de 20% sur la totalité des jeunes diplômés de l’année 93.

Ecosse

Hors des sentiers battus: en Ecosse (Islay and Mull)

A la découverte de l’Ecosse (Islay and Mull) L’aventurier part à présent à la découverte de l’Ecosse et plus précisément des îles Islay et Mull. A bord de son quad, il vous fera découvrir ces paysages et monuments anciens. Sur Islay, vous pourrez découvrir entre autre la plage de Machir Bay, le Loch Indaal, la […]

La France des Solutions : travailler autrement avec Artupox

Travailler dans le secteur sanitaire en France En France, le secteur de la propreté emploi aujourd’hui plus de 500 000 personnes. Mais ce secteur est encore en proie à beaucoup de clichés, malheureusement avérés. Aussi, le secteur compte 65% de femmes. En ce qui concerne la stabilité de l’emploi, les salariés sont à 75% d&rsq...

« T’inquiète… je gère » avec Camille Watel, fondatrice du studio Cutis

Camille Watel, créatrice du  Studio Cutis. Travaillant actuellement à mi-temps, Camille Watel profite de sa disponibilité pour avancer sur son projet.  Elle a lancé le Studio Cutis. L’activité de ce studio est de concevoir et fabriquer des emballages éco-conçus et réutilisables. Cela peut être par exemple un sac à pain pour év...

La France des Solutions : la valorisation des bio-déchets avec UpCycle

Le bio-déchet en France Que deviennent nos déchets alimentaires ? Saviez-vous qu’un tiers de la production alimentaire mondiale est jetée chaque année. Jetée alors qu’elle pourrait servir d’engrais, entre autres. En effet, les cultures françaises en demandent. Aujourd’hui, 40% des sols seraient déficitaires en mat...