Demain! est
disponible sur
TNT idf
31
Numéricable
94
Free
236
Orange
219
SFR
337
Bouygues
402
D'ailleurs et d'ici

D’ailleurs et d’ici : La culture, la police et le rapports aux citoyens

Pour le deuxième épisode de votre émission « D’ailleurs et d’ici », découvrez ce que le monde de la culture montre ou cache de la police L’émission scrute le regard des jeunes, des minorités, des citoyens sur la police au travers de toutes les formes d’expression artistique, du cinéma à la musique et de la littérature aux séries télé.

La culture pour montrer la police et le regard des citoyens

En France et aux Etats-Unis, de nombreux films ont pour thème la police. On ne compte plus les thrillers, les polars qui décrivent le quotidien de la police. Mais certains cinéastes choisissent de plutôt s’intéresser au regard que porte le citoyen sur sa police. Les rapports de pouvoir, de force et de domination sont de véritables trésors pour une construction narrative et dramaturgique au cinéma. Malheureusement, c’est souvent une vision caricaturale qui est donnée à voir sur la police évidemment, mais également sur les relations qu’entretiennent les jeunes avec les forces de l’ordre.

Si le cinéma use beaucoup du thème, la musique actuelle et plus particulièrement le rap en font également un sujet de prédilection. De nombreux artistes comme Kerry James ou Abd al Malik prônent une tolérance réciproque dans des textes forts et imagés. D’autres rappeurs choisissent des mots plus durs dans leurs textes pour décrire la situation qu’ils vivent au quotidien. On pense notamment au titre de Cut Killer dans le film « La Haine » de Matthieu Kassovitz en 1995.

Néanmoins, le cinéma et la musique ne sont pas les seuls modes d’expression évoquant les rapports des citoyens avec la police. La littérature et la télévision recourent aussi massivement à cette thématique. Les séries télévisées policières sont légion dans tous les pays, notamment en France et aux Etats-Unis, Elles déploient à outrance cet univers qui fascine les imaginaires collectifs.

Des invités pour parler de leurs expériences

Pour cette émission, Rizlaine Sellika et Marc Cheb Sun reçoivent des invités aux profils diamétralement opposés. Mohamed Douane est commandant de police et vient débattre face à Karim Madani, story teller, sur les questions de la musique et de la culture urbaine.
Deux réalisateurs, Caroline Blache et Adnane Tragha se partagent ensuite le plateau, accompagnés de Catherine Jean-Joseph, présidente de l’école Miroir.
Enfin, retrouvez vos chroniques avec Walid pour la lecture, John Banzaï pour le slam et Maïmouna Haïdara pour découvrir le « coffee with a cop », soit « un café avec un flic ».

Une émission plurielle, avec des invités différents dont l’objectif est de montrer que la France est plurielle et multiculturelle et que réunir des citoyens que tout semble séparer est un début du progrès social.

Changer de vie pour devenir entrepreneure

Qui n’a pas rêvé d’être sa propre patronne et donc entrepreneure ? Changer de vie pour devenir entrepreneure est au sommaire de cette dernière émission de l’année 2018. Devenir entrepreneure, que cela implique-t-il ? Est-ce accessible à tous ? Pour répondre à ces questions, Business Women reçoit : -Sophie Gineste, cré...

Le salon SME : un rendez-vous pour les entrepreneurs

Qu’est-ce que le Salon SME ? Le Salon SME est un salon à destination des dirigeants d’une start-up ou d’une TPE, des créateurs d’entreprise, des candidats à la franchise, des consultants, des indépendants… Il se déroule sur 2 jours uniques pour faire aboutir les projets de création, accélérer l’activité et déve...

#Intérêt Général: la Probono Factory, Mécénat de compétence au coeur de Paris la Défense

Le Pro bono pour l’intérêt général. Pro bono est l’abréviation de l’expression latine pro bono publico, signifiant « pour le bien public ». c’est aussi le mot d’ordre de Pro Bono Lab, une structure spécialisée dans l’aide à l’engagement par le partage de compétences. Chaque année, ils organisent des opérations ...

« T’inquiète…je gère » avec Gaëlle Frizon de Lamotte, fondatrice d’Olybe

Gaëlle Frizon de Lamotte, fondatrice d’Olybe. Malgré un poste très intéressant dans une grande entreprise, Gaëlle a souhaité devenir entrepreneure. Elle a fondé Olybe. C’est l’intrapreneuriat qui lui a donnée le goût d’entreprendre et l’envie de se lancer. L’intrapreneuriat c’est jouer le rôle ...