Demain! est
disponible sur
TNT idf
31
Numéricable
94
Free
236
Orange
219
SFR
457
Bouygues
302
Le Journal de l'Emploi

Les métiers de la mécanique industrielle et de la construction spéciale face à leur avenir

Le secteur particulier et pointu qu’est la mécanique industrielle et la construction spéciale a de nombreux postes à pourvoir. Ingénieurs ou encore techniciens sont demandés sur ce marché en tension. Pour en parler, le Journal de l’Emploi a reçu Fabrice Chevaleyre, délégué général d’AMICS, l’Association de la mécanique industrielle et de la construction spéciale.

 

Des métiers en constante évolution

La mécanique industrielle et la construction spéciale englobent un grand nombre de métiers et d’activités différentes constamment poussées vers l’avant par les innovations technologiques. Là où la fabrications de matériaux industriels était assez manuelle, on trouve désormais des machines de haute technologie capable de fabriquer de pièces pouvant être utilisées dans l’aéronautique autant que dans l’industrie.

Malgré ce que certains peuvent penser, ce secteur se porte bien et totalise plusieurs milliards d’euros de chiffre d’affaire chaque année. Tout cela, grâce à un taux d’exports estimé entre 30% et 40% de la production, en particulier dans certaines branches de la mécanique, ce qui en fait un des secteurs les plus important de la production française.

 

Une période de recrutement

Ce marché en bonne santé se permet donc de recruter à tous les niveaux. Ces métiers sont désormais accessibles à de nombreux profils différents grâce à la multiplication des formations courtes tel que les BTS ou les Bac Pro, qui permettent aux jeunes de se former et ainsi d’éviter l’apprentissage « sur le tas » qui était monnaie courante autrefois. Mais les cursus plus longs, comme les écoles d’ingénieurs et les doctorats, sont également recherchés, désormais, trouver un docteur dans une PME n’est pas exceptionnel.

Avec des dizaines de milliers d’entreprises, la mécanique industrielle et la construction spéciale offrent un choix considérable de domaines mais surtout un nombre colossal de postes à pourvoir. Selon Fabrice Chevaleyre, ce secteur serait à la recherche de plus de 200 000 personnes aux compétences variées. Des technico-commerciaux, des chefs de projet, des ajusteurs, des automaticiens et j’en passe, un grand nombre de métiers sont concernés et recrutent dans ce secteur en constante évolution et en constante expansion, sur tout le territoire français.

LEARNING TECHNOLOGIES : le métavers, créateur de lien pour les étudiants

L’invitée du Journal de la formation: Lisa Delaguette Lisa Delaguette, Directrice générale de Kwark Media est l’invitée du journal de la formation et de l’enseignement supérieur. Cette experte du monde étudiant apporte son témoignage sur l’évolution de l’utilisation du digital par les étudiants ces dernièr...

Salon Learning Technologies: le bilan avec son directeur Vianney THOMAS

Vianney THOMAS directeur du Salon Learning Technologies France est l’invité du Journal de la Formation. L’occasion de faire le point sur ce salon qui a enfin pu avoir lieu en présentiel après la crise sanitaire. L’édition 2022 fut une réussite avec 250 exposants, plus 7,000 professionnels du e-learning, de la formation, de...

LEARNING TECHNOLOGIES : L’impact des nouveaux outils de digitalisation sur l’éducation

L’invité du Journal de la formation: Johann Hagege Johann Hagege, Directeur ITIC Paris, est l’invité du journal de la formation et de l’enseignement supérieur enregistrée au salon learning technologies. Pour lui, nous sommes aujourd’hui à l’aube d’une révolution : il y aura un impact dans tous les métie...

Learning Technologies: Good Grades, l’assistant intelligent du correcteur d’examen !

Le Journal de la formation au salon Salon Learning technologies Stephan Crisan, CEO de Good Grades nous présente le nouvel assistant intelligent du correcteur d’examen. Merci à lui ! Cette innovation vise à aider le professeur correcteur en le déchargeant d’environ 80 % de son travail. Cette technologie a été pensée pour répo...