Demain! est
disponible sur
TNT idf
31
Numéricable
94
Free
236
Orange
219
SFR
457
Bouygues
302

Chasseur de tête : toutes les clés pour vous faire recruter (interview)

Chasseur de tête : toutes les clés pour vous faire recruter (interview)

Alors que le chômage diminue de 0,1 point au deuxième trimestre, selon l’INSEE, les chasseurs de tête démarchent des candidats déjà en poste pour leurs clients. Marc*, employé dans une
petite structure parisienne, est l’un d’entre eux. Son métier est encore peu connu et il en est de même pour les méthodes employées. Il en donne un meilleur aperçu et délivre à Demain TV les clés pour se faire recruter.

Qu’est-ce qu’un consultant en recrutement ?

Le terme a plusieurs sens en fonction des structures. En ce qui me concerne, il s’agit de démarcher les clients, les accompagner et les conseiller sur leurs recrutements. C’est également un conseil sur les démarches d’approche client : Qui recruter ? Comment recruter ? A quel prix ? Et sur le management.

C’est du travail commercial, de la production. Il faut rechercher les candidats, les clients, et les mettre en relation. On vend un métier, une mission, un job. Il faut savoir qu’il y a dans les consultants en recrutement, plusieurs positionnements. En bas de l’échelle, il y a les cabinets d’intérim, ensuite les cabinets de recrutement, le « middle management » et enfin, ce que je fais moi, les chasseurs de tête, « executive search ». Ils sont classés par niveau d’expérience et de rémunération, ce sont des métiers totalement différents.

Quelles sont les méthodes de recrutement ?

Il y a plusieurs canaux de sourcing. Ce qu’on appelle sourcing, c’est la recherche candidat. Premièrement, de manière générale, il y a les bases de données internes, spécialisées dans le domaine de compétence de l’entreprise. Ensuite il y a internet, avec les CV tech, les candidats tech, comme Cadre emploi ou Monster, avec la possibilité de passer des annonces, même si nous on ne le fait pas. La méthode ne correspond pas à notre offre de service puisqu’on privilégie une approche plus discrète. Il y a aussi les réseaux sociaux professionnels tels que LinkedIn et Viadéo.

Enfin, le métier de chasseur de tête à la base, c’est de l’approche directe, c’est-à-dire trouver un moyen d’approcher quelqu’un sur son lieu de travail. Téléphoner, obtenir son mail, son nom. On peut également utiliser une recommandation d’un contact, de son réseau personnel ou professionnel. Toutes les méthodes de recherche dépendent du positionnement. En ce qui nous concerne, nous ne faisons que de l’approche directe. Je reçois la personne pour une heure au moins d’entretien, je la conseille sur le marché, je discute avec le candidat. Je passe obligatoirement par un entretien de 15 à 20 minutes et je sais, immédiatement, si le candidat est susceptible de correspondre au cahier des charges de ma mission.

Comment savoir si un candidat fera l’affaire ?

J’ai tendance à dire qu’il y a 30% de compétences clés, selon des critères techniques. Par exemple, est-ce qu’il parle anglais ? Sait-il utiliser tel ou tel logiciel ? A-t-il déjà managé ? Ensuite, il y a 70% de personnalité. On voit tout de suite si la personne est dynamique, si elle met du temps à répondre, si elle est averse au risque, si elle a une culture entreprenariale, si elle a un peu d’humour, si elle est pédagogue.

Après, lorsqu’on la voit en entretien physique, la présentation joue un rôle déterminant. Il faut soigner son apparence. Le recrutement dépend également du client et de ce qu’il recherche. Si le client souhaite embaucher une personne discrète, qui respecte le politiquement correct, et qu’un candidat trop ambitieux lui fait peur, il vaut mieux s’adresser à une cible qui ne cherche pas à gravir les échelons.

Est-ce qu’en observant l’attitude d’une personne dans la rue on peut savoir si elle est douée dans son travail ?

Simplement en la voyant c’est compliqué mais en discutant un peu avec elle, c’est possible. Par exemple, j’ai tendance à être craintif envers les personnes qui en font trop, qui en disent trop. C’est difficile à expliquer. Quand je vais à la rencontre des personnes, dans un évènement ou une soirée, je sens de suite qui est bon dans son travail ou ne l’est pas en discutant un peu avec. L’intuition, sa façon de s’exprimer, de parler de son job, de se comporter, la réaction qu’il a face à mes questions, ses réponses, me permettent de le deviner. Ce n’est pas une science exacte, tout le monde peut se tromper !

Quels éléments permettent de se dire « Lui, il est doué » ?

Se comporter comme quelqu’un de normal. (petit rire) Qu’est-ce que la normalité ? Je dirais que c’est quelqu’un d’équilibré et sain. Quelqu’un que je ne sens pas, que ce soit en amitié ou dans le milieu professionnel, je sais que quelque chose cloche. C’est vraiment de l’intuition. On a quand-même tendance à dire qu’on fait un métier très artisanal, chaque recruteur a sa façon de travailler, de juger.

Vous recruter des personnes déjà en poste ?

Oui, évidemment. Il peut arriver qu’ils soient hors job, mais la candidature est déjà difficilement valorisable par rapport à la concurrence en poste, nous c’est forcément des personnes en poste. Ca rassure le client. Parce que pour des candidats sans travail, il faut vraiment être chanceux pour qu’ils soient très bons.

Quels sont les postes les plus recherchés par les organisations ?

C’est cyclique, mais les asset manager sont très demandés, les bureaux, ça a toujours cartonné et ça continue, et en ce moment, les responsables développement et responsables de programme sont également très recherchés. Mais c’est par période.

*Nous avons modifié le nom de l’interviewé qui souhaite rester anonyme.

Tambour Battant – Le pouvoir de la bénévolence

Comment les marques peuvent-elles changer le monde ? C’est à découvrir dans ce nouveau numéro de Tambour Battant. Antoine Spire accompagné de Patrick Tudoret reçoit : Patrick Mercier, président et fondateur du groupe de communication Change, Anne Thévenet-Abitbol, directrice prospective et nouveaux concepts chez Danone, Maye El Magh...

L’économie collaborative

L’économie collaborative ou économie de partage L’économie collaborative, ou de partage, est une économie qui repose sur le partage ou l’échange entre particuliers de biens (voiture, logement,…), de services (covoiturage, cuisine, bricolage,…), ou de connaissances (cours d’informatique, de langues, …). Ce par...

Comment faire pivoter son entreprise ? l’exemple d’Utily

Utily, une entreprise a pivoté Pivoter, c’est un terme répandu dans le monde de l’entrepreneuriat. Pivoter, signifie repenser le positionnement de son entreprise. Label Entreprise vous propose de s’attarder sur ce sujet en compagnie de Mike Dejardin le fondateur d’Utily.  Utily accompagne de A à Z les entreprises et les particuliers ...

Le Jour d’Après, spécial OPCO

En 2019, ils ont remplacé les fameuses OPCA dans la collecte de fonds de la formation professionnelle. Aujourd’hui, les OPCO, opérateurs de compétences, prennent le relai mais avec des missions un peu différentes. Le Jour d’Après leur consacre un numéro spécial, à découvrir sur Demain TV. Un accompagnement dans la formation...