Demain! est
disponible sur
TNT idf
31
Numéricable
94
Free
236
Orange
219
SFR
457
Bouygues
302
ZikSpotting : Portraits Sauvages

Anouk Aiata

Anouk, elle est d’ici, elle est d’ailleurs, elle est d’hier et aujourd’hui. Sur les bords du Tage, c’est une fadista de noir vêtue. Près du Guadalquivir, une reine de flamenco en robe sévillane. A la Nouvelle-Orléans, on l’appelle “white lady sings the blues”, et dans le Paris de Doisneau “le pinson des faubourgs”. Mais au fond, qu’importe la source, le style, le look, l’époque : l’essentiel pour elle, c’est chanter. Enchanter même. Née sur les bords de Marne dans les années 80, Anouk est en maternelle quand : “en reprenant dans la classe Stewball (célèbre traditionnel américain adapté par Hugues Aufray) je me suis mise soudain à pleurer tellement je ressentais les paroles et la musique.

C’est là que j’ai découvert le pouvoir de l’émotion à travers une chanson.” Viennent ensuite ces années de formation informelle où sa sensibilité éponge ce qui la touche : Barbara, Ella Fitzgerald, Dalida, cette tragédienne mal comprise. Puis vient tout ce qui chaloupe, ou fait chalouper, Harry Belafonte et le calypso, les vieux disques de reggae… Sa rencontre avec Amos Mâh, également auteur, compositeur, violoncelliste issu du conservatoire, diplômé en musicologie, amateur à la fois de musique contemporaine, de musique tzigane et klezmer, l’amène à élargir encore son horizon. Elle permet à ce faisceau d’influences de trouver sa cohérence. Dès lors, c’est avec lui qu’elle se lance dans une aventure en se donnant une règle, une seule : “pas de règle ! Juste arriver à faire quelque chose que l’on aime.”

“Ce quelque chose”, Anouk et Amos l’ont ficelé dans la dizaine de chansons qui composent un premier album haut en couleurs et riche en arômes où s’épanouit cette voix qui respire la joie de vivre, porte avec la même grâce le rêve et la mélancolie. L’un après l’autre, les morceaux font leur entrée dans un décor qui leur est propre. Aux branches de L’Arbre à Plumes s’accrochent des notes d’une guitare qui peu à peu tisse une ambiance de lamento latin entre tango et fado. Au son du banjo, au petit trot, Lady Western nous promène dans les rues d’une Dodge City de bande dessinée où l’on s’explique à coup de revolver dans l’esprit bon enfant des Dalton de Joe Dassin. Avec Errer, on pénètre dans le cercle du jazz manouche et dans la vie d’un clandestin conscient d’avoir à franchir les frontières sans espoir de pouvoir un jour se poser quelque part.

Les métiers et secteurs de la Supply Chain

Romain Devrièse, directeur associé de Fed Supply, était l’invité de Jérôme Joinet dans le Journal de l’Emploi, pour discuter des métiers et des secteurs de la Supply Chain. Fed Supply, un cabinet de recrutement spécialisé dans ce domaine, joue en effet un rôle crucial en accompagnant les entreprises dans leurs besoins en personnel ...

Le secteur de l’automobile, un nid d’opportunités pour les jeunes

Focus sur le secteur de l’automobile dans le journal de l’emploi, avec Guillaume Faurie, délégué général de l’ANFA (l’association nationale pour la formation automobile). Un secteur qui offre de nombreuses opportunités et perspectives pour les jeunes. L’industrie automobile est actuellement en pleine mutation, intégrant de nouve...

L’aéronautique : un secteur qui recrute

Le Journal de l’Emploi a accueilli Michael Cerniot, directeur grand compte chez Proman, pour discuter des opportunités d’emploi dans le secteur aéronautique. Proman, entreprise familiale française spécialisée dans les services RH et le travail temporaire. Existe depuis 34 ans et compte plus de 400 agences réparties dans 89 départe...

Trophée de l’inclusion

Lors du Journal de l’Emploi, nous avons abordé divers sujets tels que la formation, l’inclusion, la responsabilité sociétale des entreprises (RSE), ainsi que les trophées avec nos deux invités Massinissa Ibri, associé gérant du Réseau Clean, et Nicolas Leconte, conseiller chez Rivalis. Le Réseau Clean est une société de ne...