Demain! est
disponible sur
TNT idf
31
Numéricable
94
Free
236
Orange
219
SFR
457
Bouygues
302
ZikSpotting : Portraits Sauvages

Anouk Aiata

Anouk, elle est d’ici, elle est d’ailleurs, elle est d’hier et aujourd’hui. Sur les bords du Tage, c’est une fadista de noir vêtue. Près du Guadalquivir, une reine de flamenco en robe sévillane. A la Nouvelle-Orléans, on l’appelle “white lady sings the blues”, et dans le Paris de Doisneau “le pinson des faubourgs”. Mais au fond, qu’importe la source, le style, le look, l’époque : l’essentiel pour elle, c’est chanter. Enchanter même. Née sur les bords de Marne dans les années 80, Anouk est en maternelle quand : “en reprenant dans la classe Stewball (célèbre traditionnel américain adapté par Hugues Aufray) je me suis mise soudain à pleurer tellement je ressentais les paroles et la musique.

C’est là que j’ai découvert le pouvoir de l’émotion à travers une chanson.” Viennent ensuite ces années de formation informelle où sa sensibilité éponge ce qui la touche : Barbara, Ella Fitzgerald, Dalida, cette tragédienne mal comprise. Puis vient tout ce qui chaloupe, ou fait chalouper, Harry Belafonte et le calypso, les vieux disques de reggae… Sa rencontre avec Amos Mâh, également auteur, compositeur, violoncelliste issu du conservatoire, diplômé en musicologie, amateur à la fois de musique contemporaine, de musique tzigane et klezmer, l’amène à élargir encore son horizon. Elle permet à ce faisceau d’influences de trouver sa cohérence. Dès lors, c’est avec lui qu’elle se lance dans une aventure en se donnant une règle, une seule : “pas de règle ! Juste arriver à faire quelque chose que l’on aime.”

“Ce quelque chose”, Anouk et Amos l’ont ficelé dans la dizaine de chansons qui composent un premier album haut en couleurs et riche en arômes où s’épanouit cette voix qui respire la joie de vivre, porte avec la même grâce le rêve et la mélancolie. L’un après l’autre, les morceaux font leur entrée dans un décor qui leur est propre. Aux branches de L’Arbre à Plumes s’accrochent des notes d’une guitare qui peu à peu tisse une ambiance de lamento latin entre tango et fado. Au son du banjo, au petit trot, Lady Western nous promène dans les rues d’une Dodge City de bande dessinée où l’on s’explique à coup de revolver dans l’esprit bon enfant des Dalton de Joe Dassin. Avec Errer, on pénètre dans le cercle du jazz manouche et dans la vie d’un clandestin conscient d’avoir à franchir les frontières sans espoir de pouvoir un jour se poser quelque part.

Portrait d’architecture: L’îlot Chalucet à Toulon – une reconversion de friche hospitalière

Comment reconvertir des friches hospitalières de centre-ville ? Comment respecter ces lieux chargés de mémoire qui sont de véritables éléments de patrimoine historique, tout en les inscrivant dans une démarche d’ouverture et de renforcement du centre-ville ? Comment créer un nouveau quartier consacré au savoir et à l’art ? ...

ROAM: l’invité de Guillaume Durand

Guillaume Durand reçoit David Bigot délégué général de ROAM Dans cette édition vous allez tout savoir sur ROAM, une association composée de petites et moyennes entreprises d’assurances, à valeurs mutualistes créée en 1855.  Avec le journaliste, David Bigot évoque la particularité de cette association qui compte aujourd’hui 71 ...

Tambour Battant: Questions de poésie

Il sera question de poésie dans cette édition de Tambour Battant! Pour cela, Antoine Spire et Hélène Mathieu ont invité en plateau: – Didier CAHEN, poète, essayiste et journaliste Auteur de « Déjà vu » et de « contes avant l’heure » (Éd.Tarabuste). – Anne MALAPRADE, poète , prix international de poésie Ivan Yvan Goll...

Gys, l’invité de Guillaume Durand

Bruno Bouygues, président de GYS, une ETI française basée à Laval Mayenne, est l’invité de Guillaume Durand. Créée en 1964 GYS est spécialisée dans la fabrication d’équipements de soudage de carrosserie et de chargeurs pour l’automobile.  Avec le journaliste, Bruno Bouygues revient sur l’histoire de cette entrepris...